Informations Clients


Vous souhaitez nous faire part de votre changement d’adresse ou de vos nouvelles coordonnées bancaires, faire une demande de relevé annuel, etc. rendez-vous à la rubrique Informations clients

Focus marché Financière de l'Oxer - Octobre 2017                                

Arca Patrimoine - avis marché FOX

 

Retrouvez le focus marché pour le mois d'octobre 2017 de la Financière de l'Oxer, société du Groupe Premium au même titre qu'Arca Patrimoine.

Au commencement de chaque mois d'octobre les opérateurs boursiers sont toujours dans l'appréhension tant l'histoire boursière de ce mois s'est voulue dramatique dans le passé. Du krachCrise boursière consistant en la chute importante des cours en une ou plusieurs séances Les plus "célèbres" sont celles des 29 octobre 1929 et d'octobre 1987, à Wall StreetBourse de New York ou NYSE (New York Stock Exchange)..

de 1929 à celui de 2008 en passant par celui de 1987, les effondrements boursiers les plus marquants ont tous eu lieu en octobre.


Il n'en fut rien, le cru d'octobre 2017 fut bon, voire même très bon : au Japon le Nikkei sIndice japonais le plus connu, il regroupe les 225 valeurs les plus importantes de la BourseLe nom bourse vient de la famille Van den Börse, installée à Bruges au XIVè siècle. Les négociants avaient pris l’habitude de régler leurs affaires au pied de leur hôtel. La Bourse est non seulement un lieu de financement pour les Etats, entreprises, etc. mais également un lieu de placement, d’investissement. de Tokyo.'envolait de 8%, l'indice américain Dow JonesLe plus vieil indice des boursesLe nom bourse vient de la famille Van den Börse, installée à Bruges au XIVè siècle. Les négociants avaient pris l’habitude de régler leurs affaires au pied de leur hôtel. La Bourse est non seulement un lieu de financement pour les Etats, entreprises, etc. mais également un lieu de placement, d’investissement. de New York et le plus vieil indice boursier du monde. Il comprend 30 entreprises importantes mais les entreprises présentent dans l’indice ont changé avec le temps. Seule General Electric est présente depuis les origines de la publication de l’indice. enregistrait un gain de 4,3%, le CAC 40 progressait de 3,25%, l'Euro Stoxx finissait quant à lui à +2,3%. Ces belles progressions mensuelles sont venues s'ajouter à celles déjà enregistrées depuis le début de l'année portant ainsi les indices précités entre +13 et +19% confirmant l'environnement porteur pour les actifs risqués.


En effet, les nouvelles d'octobre ont été relativement favorables.


• Le Fonds Monétaire International a révisé à la hausse ses prévisions de croissance mondiale pour 2017 (3,6%) et 2018 (3,7%).
• Aux Etats-Unis les données macroéconomiques ont été soutenues : la production industrielle est ressortie en hausse de 0,3% en septembre, le PMI manufacturier s'affichait à 54,6 en octobre contre 53,1 précédemment ; l'indice du Michigan était à un plus haut de 14 ans à 100,7 et enfin le PIB du troisième trimestre progressait de 3%. Aussi, presque 1 an après son élection, même si son bilan est faible, Donald Trump avançait progressivement ses pions vers un allégement fiscal, ce qui continuait de soutenir Wall StreetBourse de New York ou NYSE (New York Stock Exchange)..
• La Banque Centrale Européenne a annoncé le maintien de son ‘Quantitative easing' pour les neuf premiers mois de 2018. En effet, l'institution poursuivra ses achats mensuels à hauteur de 30Mds€ mensuels au lieu des 60 auparavant. Sachant que les titres arrivant à échéance représenteront en moyenne 10Mds€ et seront réinvestis, le programme de stimulation monétaire restera ainsi soutenu jusqu'en septembre 2018. Mario Draghi s'est voulu rassurant sur sa capacité à accompagner l'économie européenne aussi longtemps que nécessaire, le processus de relèvement des taux ne devrait donc pas voir le jour avant 2019.
• Les publications de résultats d'entreprise pour le compte du troisième trimestre ont été dans l'ensemble de bonne facture et n'ont pas révélé d'inflexion de tendance, même s'il était à noter que les surprises positives par rapport aux attentes ont été plus importantes aux Etats-Unis qu'en Europe.


A quelques encablures de la fin d'année, les marchés ne devraient pas considérablement changer de cap. Mieux même, on peut logiquement penser que les injections de liquiditésPossibilité de transformer un capital en argent liquide. Si on a un besoin rapide de liquidités, il est important de détenir des titres ayant une liquidité élevée. maintenues par la Banque Centrale Européenne sont toujours un atout pour la poursuite de l'appréciation des indices. Aussi, en cas d'accord aux EtatsUnis sur une réduction de la charge fiscale pour les entreprises et les ménages, on pourrait avoir mécaniquement un relèvement des estimations de résultats par actionTitre de propriété représentant une part du capital d’une société. On parle aussi de parts sociales. de l'ordre de 10%. Tout ceci milite ainsi pour un environnement toujours porteur pour les actifs risqués. Toutefois, nous resterons vigilants, car ce sentiment de confort auquel ont (mal) été habitués les marchés disparaitra tôt ou tard, mettant la lumière sur les mauvaises nouvelles que tout le monde a volontairement occultées jusqu'à maintenant (risquesLa notion de risque correspond au degré d’exposition de l’épargne aux fluctuations des marchés financiers. Plus le risque est grand, plus la fluctuation de l’épargne est importante. Une grande prise de risque ne se conçoit que sur le long terme, la durée permettant de lisser les évolutions irrégulières des marchés financiers. Ainsi, une prise de risque plus important doit normalement se traduire par un gain plus élevé sur le long terme tout en sachant que les risques de perte en capital à court terme sont alors plus grands. géopolitiques, risquesLa notion de risque correspond au degré d’exposition de l’épargne aux fluctuations des marchés financiers. Plus le risque est grand, plus la fluctuation de l’épargne est importante. Une grande prise de risque ne se conçoit que sur le long terme, la durée permettant de lisser les évolutions irrégulières des marchés financiers. Ainsi, une prise de risque plus important doit normalement se traduire par un gain plus élevé sur le long terme tout en sachant que les risques de perte en capital à court terme sont alors plus grands. politiques, baisse continue du taux de profit des entreprises américaines, perspectives de remontée des taux...).

 

Source : Financière de l'Oxer - Novembre 2017 - http://www.financiere-oxer.fr/