Focus marché Financière de l'Oxer - Novembre 2016

Arca Patrimoine - avis marché FOX

 

Retrouvez le focus marché pour le mois de novembre 2016 de la Financière de l'Oxer, société du Groupe Premium au même titre qu'Arca Patrimoine.

Le mois de novembre a été marqué par deux rendez-vous très attendus qui ont tenu toutes leurs promesses. Le dénouement de la bataille entre Mme Clinton et M. Trump était bien évidemment un évènement phare, tout comme la réunion de l'OPEP à Vienne qui devait valider ou non l'accord de dernière minute trouvé en septembre.


L'élection présidentielle américaine du début de mois était sans conteste un rendez-vous important noté de longue date dans les agendas des marchés financiers. L'échéance se rapprochant, ces derniers évoluaient au gré des publications des instituts de sondage qui tantôt donnaient Mme Clinton largement devant, tantôt n'accordaient plus qu'un infime avantage à cette dernière. Contre toutes attentes, M. Trump a remporté les élections présidentielles et assuré le maintien d'une majorité républicaine à la Chambre des représentants. Ce triomphe inattendu devait faire trembler les marchés, certains stratégistes avaient même anticipé un recul de l'ordre de 10% des indices en cas de victoire de celui qui promettait un 'Brexit plus' en cas de succès final. Mais les marchés financiers sont parfois déroutants.


Si la victoire du candidat républicain a envoyé l'indice de volatilitéLa volatilité mesure la régularité de la performance d’un placement : plus la volatilité est faible, plus la performance est régulière. au-delà de 20%, et provoqué une forte chute des actifs risqués européens à l'ouverture, les indices ont rebondi de manière conséquente au cours de la séance pour s'afficher dans le vert à la fin de la journée. En cause, un premier discours du nouvel élu, sur un ton plus que modéré où il s'est montré rassembleur et apaisant, loin des allégations et autres idées saugrenues vociférées durant sa campagne. Il n'en fallait pas moins aux marchés financiers pour se focaliser sur les mesures positives pour l'économie américaine : baisse des impôts pour les ménages, baisse des impôts pour les sociétés, relance des dépenses d'infrastructure. Bien évidemment, une fois passé les réactionsTitre de propriété représentant une part du capital d’une société. On parle aussi de parts sociales. de marchés instantanées, la question sera de savoir comment ces derniers évolueront sous la présidence de M. Trump. Ainsi, tout dépendra des mesures qui seront réellement implémentées, et comme le nouveau président est un homme pragmatique, il pourrait débuter par l'annonce des mesures les moins controversées, donc les plus positives pour l'économie américaine. Or, comme la croissance us et l'inflationHausse généralisée et durable des prix. se redressent depuis le troisième trimestre, et que la Fed continuera de normaliser sa politique monétaire, les marchés pourraient continuer de bien se comporter sauf à une « éventuelle sortie de route diplomatique » du nouvel homme fort des Etats-Unis.


La réunion de l'OPEP en toute fin de mois, devait valider ou non un accord trouvé deux mois auparavant afin de réduire la production de pétrole. Les multiples tractations entre les différents pays ont débouché sur un accord pour la réduction de plus de 1 million de barils par jour à l'exception du Nigéria et de la Libye, en situation de transition. Cette annonce de baisse de la production, grande première depuis huit ans, ramènera ainsi la production quotidienne autour de 32,5 millions de barils à condition que l'implication de chaque membre soit réelle, sachant que, l'Iran mis à part, c'est sur les plus gros contributeurs que repose l'essentiel des efforts. Même en dehors de l'OPEP, la collaboration est une nécessité, et la Russie a voulu montrer l'exemple en se déclarant prête à amputer sa production. Si aucune sanction n'est prévue pour les contrevenants à cet accord, on peut imaginer que les pays producteurs se surveilleront mutuellement. Dans l'intervalle, les cours de l'or noir ont déjà effectué un sacré rattrapage puisque passés de 45$ avant la réunion de Vienne à plus de 50$, ils devraient permettre aux compagnies pétrolières de réfléchir à la relance de leurs investissements.


Alors que la fin d'année se rapproche, les marchés financiers ont jusqu'à maintenant surmonté les épreuves les plus délicates (Chine, Brexit, Trump) et se dirigent vers une année dont la performance sera bien éloignée de la volatilitéLa volatilité mesure la régularité de la performance d’un placement : plus la volatilité est faible, plus la performance est régulière. qui l'a généré. Pourtant d'autres échéances politiques viendront pimenter à coup sûr la progression des indices, mais ces derniers nous ont démontré toute leur capacité à absorber ces chocs exogènes.

 

Source : Financière de l'Oxer - décembre 2016 - http://www.financiere-oxer.fr/